Installer un nichoir

CARAPAT’ vous propose des conseils pour l’installation de vos nichoirs.

Pose du nichoir

Nombre de nichoirs

Le nombre de nichoirs à installer dépend en premier lieu de la nourriture disponible. De manière générale, on peut compter 100 m² de jardin par nichoir, avec un espacement entre les nichoirs de 10 à 15 m.

Fixation

On peut envisager différentes méthodes de fixation des nichoirs :

Une façon très simple est de fixer un bloc de bois sur le tronc à l’aide de lanière (fils) métalliques ou en plastique, sur lequel on viendra fixer le nichoir .La technique la plus respectueuse de l’arbre consiste à suspendre le nichoir par un étrier métallique posé sur une branche et à protéger l’écorce du frottement par un matériau isolant, caoutchouc ou ruban adhésif toilé. Une boucle au milieu de l’étrier évitera au nichoir de se décrocher en cas de tempête.

On pourra, au besoin, fixer le nichoir directement dans le tronc de l’arbre, notamment avec un liteau de fixation. Dans ce cas, il est préférable d’utiliser des pointes zinguées ou mieux, des pointes en aluminium.

Certains tronc d’arbres, toujours humides (hêtre, etc.) sont malsains pour les couvées, il vaut mieux les éviter.

Hauteur de fixation

Là encore, chaque espèce à des besoins spécifiques. En règle générale, on peut poser le nichoir entre 3 et 6 m de haut. Il faut toujours suspendre le nichoir au-dessus du vide et non le poser sur une branche, afin d’éviter que les prédateurs ne dévorent les nichées.

Période de fixation

Il ne faut pas attendre les beaux jours pour placer les nichoirs, les oiseaux doivent « s’habituer » à ce nouveau logis avant de s’y installer. On pourra donc le mettre en place en automne ou en hiver, pour que les oiseaux puissent s’y installer dès la fin de l’hiver jusqu’au printemps.

Orientation

Dès qu’on le pourra, on orientera le trou du nichoir vers le sud / sud-est, et en fonction de la région, on évitera les vents dominants, afin de protéger les nichées de la pluie.

Protection des nichoirs

La protection du nichoir contre les chats et les fouines commence dès la conception du nichoir (débordement du toit, chicane, etc.) On peut également prévoir des dispositifs spécifiques le long du tronc pour empêcher l’accès au nichoir, comme des branches de houx ou une ceinture protectrice constituée de maille en métal qui s’attachent les unes aux autres jusqu’à faire le tour du tronc.

Intégration du nichoir au milieu naturel

Couleurs vives à éviter…

Il faudra essayer que le nichoir soit le plus discret possible : éviter les couleurs vives, les vernis odorants et les peintures acryliques,  préférer les couleurs naturelles pour qu’il se confonde avec la végétation, placer le nichoir dans un arbre plutôt que sur un piquet ou le recouvrir de lierre, …

Entretien du nichoir

Il est important de procéder à l’entretien du nichoir au moins une fois par an. Il peut se faire en automne, une fois la dernière nichée envolée. Les nichoirs doivent alors être ouverts et soigneusement nettoyés. Pour cela, il suffit de frotter le nichoir à la brosse. En tous les cas, il ne faut pas utiliser d’insecticide dans le nichoir, les émanations toxiques pourraient être fatales à la prochaine nichée. On enlève l’ancien nid pour éviter que les oiseaux ne construisent leur nid au-dessus du précédent et limiter l’installation des puces et autres parasites. Lors de l’ouverture du nichoir, il convient de prendre quelques précautions, et d’éviter par exemple, d’approcher trop le visage. En effet, les puces peuvent également piquer les humains. De plus, le nichoir peut avoir servi de refuge à d’autre locataire : frelons, guêpes, bourdons, …
On peut également trouver quelques mammifères : souris, loir, lérot, chauves-souris. Dans ce cas, on attendra la fin de l’hiver pour entretenir le nichoir. Un second entretien peut être nécessaire juste avant la ponte, lorsque le nichoir a servi de gîte nocturne en hiver. Pendant la période de nidification, il faut éviter le plus possible de déranger les oiseaux, sous peine de les voir abandonner la nichée.

Remarques Générales

Il faut savoir qu’un nichoir est rarement occupé la première année. Les odeurs persistantes de colle ou de lasure décourage souvent les adultes. Il faut que les oiseaux s’habituent à la présence du nichoir avant de l’utiliser. Il est probable qu’ils commencent d’abord par l’utiliser juste pour la nuit, puis pour les périodes de grand froid et seulement après pour y élever leur nichée. Pour accélérer cette familiarisation des oiseaux avec le nichoir, on peut le garnir d’une mince couche de tourbe ou de copeaux de bois.

Dans la plupart des cas, les nichoirs seront utilisés par des oiseaux peu farouches (étourneaux sansonnet, moineau, mésange bleu). Rares sont les nichoirs qui pourront accueillir des oiseaux plus discrets. Les nichoirs mal conçus ou mal pensés se révèlent être de véritables pièges pour les oiseaux. Le choix du lieu de pose est capital. Un nichoir soumis perpétuellement au bruit, à la lumière ou au dérangement dans un lieu très fréquenté n’aura que peu de chance d’être occupé. Il faut veiller à ce que le nichoir soit inaccessible pour les prédateurs naturels des oiseaux mais également le protéger des actes de malveillance des hommes. Un nichoir en plein soleil peut constituer un piège mortel si l’isolation n’est pas correcte ou que les matériaux ne sont pas adéquats. Enfin, pour éviter la pluie, il faut veiller à faire un toit débordant, à incliner légèrement le nichoir vers l’avant lors de la pose et enfin, pour plus de sûreté, on peut percer deux petits trous dans le fond pour permettre l’évacuation des eaux résiduelles.

Source internet : Wikipédia 2007

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *